Accueil du site :: Les Phasmes :: Développement / Physiologie




Sur le Web
Rainforest Portal Newsfeed
"Rainforest Portal" is an Internet Search Tool that provides access to reviewed rainforest conservation news and information
Le Monde des Insectes

Le site et le forum insecte.org sont le lieu de rencontre de tous les passionnés d’insectes, quels que soient leur niveau, leur approche et leurs objectifs.

-

Il privilégie un esprit de convivialité, sans imposer de hiérarchie officielle, pour que les discussions puissent s’enrichir librement aussi bien des erreurs des uns que des explications patientes de ceux qui en connaissent plus.

ANIBARA

Association humanitaire et scientifique pour le Burkina Faso.

L’association s’est basée depuis sa création sur la construction et la mise en œuvre d’un petit campement au sud ouest du Burkina, près de Banfora : le Tilapia.
L’écotourisme et les expéditions scientifiques sont les ingrédients du succès de ce petit campement.
L’association cherche aussi à favoriser les échanges scientifiques entre les muséums de Ouagadougou et de Paris.
L’association vise également à promouvoir l’écotourisme et l’environnement, en diffusant des plaquettes dans les offices de tourisme et dans les associations naturalistes françaises.

Siège : Quartier Saint Pancrace, 3241 route de Très 06440 l’Escarène
anibara@hotmail.fr



Agenda
<<   Juillet 2017   >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
Brèves
Le « supergène » du mimétisme déchiffré

Comment différents insectes ayant mauvais goût pour les oiseaux développent-ils les mêmes couleurs d’avertissement sur leurs ailes, renforçant ainsi leur protection contre les prédateurs ? Une équipe de scientifiques, composée notamment de Mathieu Joron, Lise Frézal, Robert Jones et Annabel Whibley (UMR 7205, CNRS/ Muséum national d’Histoire naturelle, « Origine, Structure et Evolution de la Biodiversité »), a pour la première fois découvert ce qui permet aux papillons tropicaux de réaliser cette étonnante stratégie évolutive appelée mimétisme Müllérien : un « supergène ».

Heliconius sp. ref - 65734

 
Une araignée "végétarienne"

Elle serait l’exception qui confirme la règle : une araignée sud-américaine a un régime alimentaire presque uniquement végétarien. Son péché mignon : l’acacia, qu’elle vole aux fourmis !

Bagheera kiplingi

Bagheera kiplingi se distingue par son goût très prononcé pour la verdure. L’espèce observée au Mexique est presque totalement herbivore, expliquent des chercheurs dans la revue Current Biology.

 
Mémoire sociale chez les drosophiles

Des interactions sociales positives existent chez les drosophiles : quand elles sont en groupe, ces mouches se souviennent mieux que lorsqu’elles sont isolées.

Drosophila immigrans

L’équipe de Thomas Preat du laboratoire de neurobiologie (CNRS / ESPCI ParisTech) vient de mettre en évidence ce phénomène grâce à des tests sur la mémoire olfactive. Ces travaux, publiés dans la revue Current Biology du 13 octobre 2009, ouvrent de nouvelles voies d’investigation pour comprendre le rôle de l’environnement social sur la modulation du souvenir et la prise de décision.

 
Articles publiés dans cette rubrique
mercredi 6 juin 2007
par brunob
Tératologie
.
Victor SPRETER - Le Monde des Phasmes n°8 - juin 1990
.
Etymologiquement la tératologie est la science des monstres où plus simplement l’étude des malformations.
Peut-on en parler à propos des Phasmatodea ?
Il semble que l’on puisse répondre par l’affirmative, car il ne nous parait pas abusif de considérer le gynandromorphisme comme une véritable malformation.
Rappelons que le gynandromorphisme désigne la présence simultanée chez un individu des caractères sexuels mâles et femelles.
Chez les insectes, le dimorphisme sexuel est souvent très marqué, en particulier chez le lépidoptères.
Le (...)

lire la suite de l'article
mardi 22 mai 2007
par brunob
Oeufs des espèces du genre Phyllium
Eier der Gattung Phyllium (Phasmatoptera : Phylliidae) Ein Beitrag fur Systematik der "Wandelnden Blätter"
Burghard Hausleithner
in : Entomologische Z., Frankf AM 94 (17) 1984 : 241-245 -
Traduction de l’Allemand par Monique Vergne
Le Monde des Phasmes n°11 - Decembre 1990
Kaup (1871) attira déjà l’attention sur la valeur systématique des oeufs de Phasmidés . Depuis, plusieurs auteurs se sont occupés des oeufs de phasmidés... (POLAK 1938, YASUMATSU 1942 , CLARK 1978,1979).
Avant tout CLARK a présenté sur ce sujet des travaux très étendus. Dans son travail publié en 1978, il essaie de donner une (...)

lire la suite de l'article
mercredi 16 mai 2007
par brunob
Une mort non élucidée chez Extatosoma tiaratum
Fabien BRIMONT, Revue Entomon n°3 / GEPAI 1998
Introduction :
La cuticule, chez les phasmes et chez tous les insectes en général, est comparable à une armure protégeant l’individu des agressions du milieu extérieur et notamment de la dessiccation, fatale pour l’insecte. De plus, en statut d’armure, la cuticule possède une certaine dureté engendrée par le tannage des protéines constituant les différentes couches de la cuticule. Lorsque ce durcissement est mal ou pas du tout réalisé, la survie de l’individu devient alors infime. J’ai observé ce phénomène sur un individu femelle de l’espèce Extatosoma (...)

lire la suite de l'article
vendredi 11 mai 2007
par brunob
A propos des "Mâles" chez Carausius morosus
.
F.Gagneraud - Le Monde des Phasmes n°11 (Décembre 1990)
.
1/ Chez les phasmidés
D’après WHITE, l’analyse chromosomique montre :
Chez le mâle, un chromosome sexuel : XO
Chez la femelle, 2 chromosomes sexuels semblables : XX
2/ Chez Carausius morosus
a) D’après PIJNACKER
la femelle aurait 64 chromosomes dont :
3 chromosomes sexuels
61 autosomes
Le mâle n’en aurait que 63
2 chromosomes sexuels
61 autosomes
b) D’après BERGERARD (1961)
Il dénombre 64 chromosomes chez les deux sexes. De plus, il remarque que chez le mâle, durant la meïose, il y a appariement régulier de tous les (...)

lire la suite de l'article
mercredi 2 mai 2007
par brunob
Accouplement hors du commun de Heteropteryx dilatata ♀ et Haaniella dehaanii ♂
Christian BALAHY - GEPAI 98/0012 Florent BALAHY - GEPAI 98/0013
Paru dans Entomon 1998 la revue du GEPAI
Je conserve dans un terrarium plusieurs espèces de phasmes épineux : Aretaon asperrimus, Haaniella dehaanii, Heteropteryx dilatata, etc... tous à l’état larvaire pour des questions de place ; hors un beau jour de septembre, j’ai observé un accouplement hors du commun : Une femelle Heteropteryx dilatata au stade 5 était accouplée à un mâle adulte fraîchement métamorphosé de Haaniella dehaanii.
II m’était impossible d’intervenir et cet accouplement se maintînt plusieurs heures, combien, je ne le (...)

lire la suite de l'article
dimanche 18 mars 2007
par brunob
Tératologie : Oeufs de Carausius morosus (Sinéty,1901)
Résumé de lecture de "Recherches sur la Tératologie des Insectes" par P. CAPPE de BAILLON, 1927a.
Claude Lamorille , Revue Entomon / GEPAI 1999
La tératologie est la science des monstruosités et anomalies structurelles.
L’œuf normal :
Les femelles de Carausius morosus étant très prolifiques, leurs œufs sont bien connus.
Le chorion est fermé par un operculum muni, au centre, d’un capitulum ; une cicatrice allongée, située sur la face dorsale, représente la plaque micropylaire.
Les dimensions de l’œuf normal moyen sont les suivantes :
Longueur totale : 2,4-2,5mm
Chorion : 2,1 - 2,2mm
Largeur : 1,5 - 1,6mm
Hauteur : 1,8-1,9mm
Les œufs anormaux :
P. CAPPE de BAILLON (1927a) a procédé à une étude portant (...)

lire la suite de l'article
vendredi 29 décembre 2006
par brunob
Observation d’élevage et malformations chez Carausius morosus (Sinéty, 1901)
P.Léon / Le Monde des Phasmes n°23 (Septembre 1993)
E. Delfosse / Le Monde des Phasmes n° 25 (Mars 1994)
G.Bernard / Le Monde des Phasmes n° 29 (Mars 1995)
Observation d’élevage chez carausius morosus #1 P. Léon
Au cours d’éclosions multiples (deux à trois cents individus) suite à un mauvais contrôle des naissances j’ai pu constater les anomalies suivantes :
Malformations chez beaucoup de jeunes aux stades 3 et 4. L’extrémité de l’abdomen présentait une protubérance anormale. Mais, il ne s’agissait pas de "mâles".
Mortalités importantes chez les adultes, malgré un espace suffisant et une nourriture (...)

lire la suite de l'article
jeudi 21 décembre 2006
par brunob
Point de vue et vue par point
Yann LEFRANC et Pierre-Emmanuel ROUBAUD*
Département Biologie du Palais de la découverte PARIS, FRANCE.
* G.E.P (Groupe d’Etude des Phasmes)
LE MONDE DES PHASMES n° 29 (Mars 1995)
Résumé : Le phasme à tiare : Extatosoma tiaratum (Macleay, 1827) est originaire d’Australie, il mesure 15 cm de long ; bien que la femelle recourbe son abdomen à la manière des scorpions, elle est parfaitement inoffensive. Comme chez beaucoup d’insectes (en particulier les Mantes), lorsque l’on observe un phasme à tiare, on croit voir une pupille dans l’oeil mais cet oeil est bien différent du nôtre. L’oeil de phasme est (...)

lire la suite de l'article
mercredi 29 novembre 2006
par brunob
Croissance d’une femelle Extatosoma tiaratum P.S.G. n° 9
Julien Sroka
LE MONDE DES PHASMES n° 34 (Juin 1996)
Mots-clés : Croissance, Elevage, Extatosoma tiaratum.
INTRODUCTION
Suite à mon annonce dans Le Monde Des Phasmes, un membre m’a fait parvenir une vingtaine d’oeufs d’Extatosoma tiaratum que j’ai disposé sur du terreau humidifié dans une boîte hermétique transparente. Six mois plus tard eût lieu la première éclosion. Je plaçais le nouveau-né dans un petit vivarium sur de la ronce fraîche, à une température de 20°C et une hygrométrie de 80 %. Je décidais alors de suivre la croissance de cet individu, en prenant soin de noter la date de chaque mue, la (...)

lire la suite de l'article
mardi 14 novembre 2006
par brunob
Un "mâle" Carausius morosus
V. Tamea
Le Monde des Phasmes n°21 (Mars 1993)
Les particularités de ce spécimen de Carausius morosus sont :
dessous du thorax rougeâtre, ainsi que deux petits traits sur le dessus du métathorax.
longueur totale de 54 mm
corps de couleur marron clair
profil général similaire à celui des femelles, mais en plus fin.
Il faut tout de même noter que ces "mâles" apparaissant de temps en temps dans nos élevages ont un appareil reproducteur non fonctionnel ; ce sont des gynandromorphes.
Voir l’article de F.Gagneraud - A propos des "Mâles" chez Carausius morosus - Le Monde des Phasmes n°11. Déc. (...)

lire la suite de l'article
mercredi 8 novembre 2006
par Arno
Observations anatomiques sur une variété de Phyllium celebicum (De Haan) de Thaïlande.
A. DESCHANDOL - Le Monde des Phasmes n°12 - Mars 1991
Parmi tous les articles publiés sur les Phyllium il en est peu consacré à leur élevage. A MURRAY 1856, W. MORTON 1903, FOUCHER 1916, ont publié des observations intéressantes sur leurs élevages personnels mais les difficultés rencontrées pour maintenir en cage certaines espèces n’ont pas permis jusque là d’avoir une connaissance approfondie des moeurs de ces insectes très attractifs. Quelques espèces apparaissent depuis quelques années dans les élevages européens : Ph. bioculatum, Ph. giganteum et dernièrement Ph. celebicum. Cette dernière espèce (...)

lire la suite de l'article
mercredi 18 octobre 2006
par brunob
Qu’y a t-il à l’interieur d’une Phyllium bioculatum ?
A. Deschandol
Le monde des phasmes n°21 (Mars 1993)
Une femelle de Phyllium bioculatum espèce de Malaisie, acquise auprès d’un négociant allemand, est morte quelques semaines après son arrivée dans mon élevage (sans doute de vieillesse...).
Elle a pondu régulièrement ses deux ou trois oeufs quotidiens jusqu’à 48 heures avant sa mort. Durant ses deux derniers jours elle s’était accrochée à une paroi de sa cage tout à fait immobile et j’ai remarqué qu’un liquide noirâtre suintait de ses orifices anaux.
Le troisième jour après l’arrêt de sa ponte je l’ai trouvée sur le dos, inanimée sur le fond de la cage (...)

lire la suite de l'article
samedi 14 octobre 2006
par brunob
Un cas de nanisme chez Acrophylla wuelfingi
Philippe Ravat
LE MONDE DES PHASMES n° 34 (Juin 1996)
Mots-clés : Elevage, Nanisme, Mue, Hormone .Acrophylla wuelfingi, .
J’observe depuis plusieurs mois au sein de mes espèces un phénomène curieux chez Acrophylla wuelfingi.
Des jeunes (8), sont sortis de l’oeuf la première semaine d’octobre, et ont commencé leur chemin dans la vie de phasme, confinés aux limites d’un terrarium de taille appréciable (75x60x40 cm) pour eux tout seuls.
Tout se passa bien lors des 3 premières mues qui, à chaque fois, se sont déroulées dans un intervalle de temps de 10 jours pour ces 8 individus.
Puis, un des jeunes (un (...)

lire la suite de l'article
jeudi 12 octobre 2006
par Arno , Alex
Des Extatosoma tiaratum tiaratum verts
Corrélation entre l’alimentation et la coloration d’une souche d’Extatosoma tiaratum tiaratum.
Alexandre Bonaccorso & Jean-Mary Guérineau (Parc Phoenix - Nice).
.
Afin de faire un peu tomber le "mythe" des E. t. tiaratum verts et des arnaques à ce sujet (coloration régulièrement rencontrée sur des bourses...), une expérience a été tentée à partir d’une souche unique élevée au Parc Phoenix de Nice.
La souche initiale est de teinte tout a fait classique et les conditions d’élevage des 2 lots sont les mêmes (même pièce d’élevage, conditions de température et d’humidité similaires). La seule variable (...)

lire la suite de l'article
dimanche 24 septembre 2006
par brunob
Description d’un Gynandromorphe d’Extatosoma tiaratum (Macley, 1827)
E. Bruyère
LE MONDE DES PHASMES n° 20 (Decembre 1991)
Le gynandromorphisme est la conséquence d’un accident affectant la répartition des chromosomes sexuels au cours des mitoses de segmentation ; le corps de l’animal se trouve alors constitué simultanément de parties mâles et de parties femelles.
Lorsque la répartition des parties à caractère et de constitution mâle et femelle se réalise de chaque côté du corps de l’animal, on parle de gynandromorphe bipartite. Durant toute la phase préimaginale rien n’a retenu mon attention ; cet individu d’Extatosoma tiaratum avait l’apparence d’une femelle (...)

lire la suite de l'article
samedi 17 juin 2006
par Arno
Maintenance communautaire... Attention au risque d’hybridation !
{Eurycantha calcarata - Eurycantha coriacea}
Franck RADNAI - GEPAI 98/0082
Entomon 1 GEPAI /1998
Introduction.
Chez tout entomologiste-amateur éleveur, les phasmes tiennent une place non négligeable dans les individus maintenus en captivité. Mais il arrive, bien souvent, qu’à un moment ou à un autre le nombre d’insectes soit important et que le manque de place vienne à gagner, une seule solution alors envisagée, grouper des espèces nécessitant des conditions de maintenance quasi-identiques et de caractère proche (morphologie, activité et comportement,...). Puis, un jour, on s’aperçoit qu’une des espèces, qui était maintenue, a disparu ou que (...)

lire la suite de l'article
lundi 15 mai 2006
par Arno
Mécanisme de la mue chez les Phasmes
Comme nous le savons tous, les phasmes ont une croissance discontinue et grandissent en effectuant des mues, chacune faisant suite à une phase d’intermue durant laquelle l’insecte gagne en poids.

lire la suite de l'article
jeudi 11 mai 2006
par brunob
Histoire d’une exuvie - Mue d’ Extatosoma tiaratum
Isabelle OELSCHLAEGER - Le Monde des Phasmes n°9-10 ( Octobre 1990)
Voir l’article de F. Sordet "Mécanisme de la mue chez les Phasmes"
A l’intention des gens qui se demanderaient toujours si la mue débute par la tête ou par la queue ou encore pour ceux qui ont du mal à digérer, non pas leur cuticule, mais des termes un peu trop spécialises, je me suis penchée sur ma cage à phasmes, munie d’un commentaire épineux et de beaucoup de patience. J’ai ainsi tenté de faire un parallèle entre les descriptions doctorales et mes propres observations.
Le phénomène de mue est la solution trouvée par la nature (...)

lire la suite de l'article
mardi 9 mai 2006
par Arno
Description de trois individus intersexués (gynandromorphes) chez Oreophoetes peruana (SAUSSURE, 1868)
J.M. Aubin
LE MONDE DES PHASMES n° 27-28 (Octobre-Décembre 1994) GROUPE D’ETUDE DES PHASMES
Voir ici quelques photos de gynandromorphes.
Après quelques années d’élevage, je possède quelques centaines d’Oreophoetes peruana (Saussure 1868) et, pour la première fois, le 01 janvier 1994, naquirent trois individus possédant à la fois la couleur jaune de la femelle et la couleur rouge du mâle. Cette couleur, chez les vrais mâles, n’apparaît qu’à la dernière mue.
Les descriptions varient d’un individus à l’autre quant à la disposition des couleurs ou la (...)

lire la suite de l'article
lundi 8 mai 2006
par Arno
Cannibalisme et réflexions sur les phasmes commettant des "erreurs"
Mots-clés : Elevage, Cannibalisme, Stress, Comportement, Phyllium bioculatum, Phyllium celebicum Phyllium giganteum, Sipyloidea sipylus, Extatosoma tiaratum.

lire la suite de l'article
dimanche 9 avril 2006
par Arno
Gynandromorphe de Ramulus sp P.S.G 144
Timm Reinhardt 09/2001 - Timm.Reinhardt@t-online.de
Ce matin , j’ai regardé dans mon vivarium de Baculum sp, je ne pouvais pas en croire mes yeux. Un mâle PSG 144 ! Une des nymphes s’était avérée être un mâle gynandromorphe dans une culture parthenogénétique. J’ai déjà eu deux "mâles" de C.morosus auparavant, mais j’étais vraiment fasciné d’en voir un de PSG 144 (que j’élève depuis trois ans maintenant). Pattes brillantes lumineuses et antennes vertes et brunes, minces, longues et une tête grise. Maintenant je me demande si toutes les espèces sont capables de produire des gynandromorphes et comment (...)

lire la suite de l'article
mercredi 5 avril 2006
par Arno
Régulation hormonale
Cas général de la mue chez les insectes et cas particulier du changement de coloration physiologique chez les phasmes.
La mue chez les insectes
Chez les insectes, la croissance, le métabolisme et le développement post-embryonnaire conduisant à l’adulte après une série de mues (dont le nombre est variable selon les espèces considérées) se réalisent sous contrôle hormonal. Le déclenchement de la mue se fait par circulation d’hormones dans l’hémolymphe de l’insecte, preuve en est que si on ligature une larve pour empêcher cette circulation, seule la partie antérieure entrera en nymphose. La partie postérieure non irriguée restera au stade larvaire.
Les hormones de la mue sont en effet produites dans la région céphallique (...)

lire la suite de l'article
dimanche 12 février 2006
par Arno
Un bref guide des Phyllium C.J.Lakin
P.S.G.Newsletter N°84 - septembre 2000
Traduction Bruno Biron avec l’aimable autorisation de Paul Taylor :24 Forge Road, Shustoke, Coleshill, Birmingham, B46 2AU U.K. PaulT@shustoke.swinternet.co.uk
Introduction
Les phasmes feuilles ( Les espèces de Phyllium) appartiennent au même groupe que les insectes bâton (Phasmatodea). On les trouve dans les forêts tropicales du Sud-est asiatique et de l’Australie.
En élevage
Il y a actuellement trois espèces fréquemment disponibles :
La Phyllium celebicum , Phyllium giganteum, Phyllium bioculatum . La Phyllium celebicum est la plus petite des 3 espèces mais tend à être le plus robuste (...)

lire la suite de l'article
jeudi 9 février 2006
par Arno
Gynandromorphe Haaniella grayii
Arno S. 04/2005
Les caractères de gynandromorphe ne sont apparus que tardivement, si bien, qu’initialement, je pensais être en présence d’une femelle. A partir du stade subadulte, les parties génitales montrent toute la complexité de la malformation. Ceci s’est accentué au stade adulte. Le rostre est bien développé, au moins autant que chez une femelle normale, la plaque sous-génitale ne l’est pas par contre. Les deux "crochets" latéraux droits pourraient correspondre aux appendices génitaux mâles...
L’aspect général tient à la fois de la femelle par la taille et du mâle pour la relative finesse du (...)

lire la suite de l'article
jeudi 9 février 2006
par nanou
Gynandromorphe Neohirasea maerens
06/2004
Voici les photos de l’invidividu qui a plus l’aspect général d’un mâle que d’une femelle et se comporte comme un mâle, il a le corps vraiment moitié male moitié femelle, mais dans le sens de la longueur (pas comme la photo de l’ H. dilatata de 1992).
Il mesure 6 cm, il est donc plus petit qu’un mâle adulte. Cependant la taille de sa tête est comparable à celle d’un mâle adulte : 5mm de long pour 3 mm de large, contre 7 à 8 mm de long et 5 mm de large pour une femelle adulte.
Les pattes avant mesurent 4.5cm, les pattes arrières mesurent 5 cm alors que celles d’un mâle adulte en mesurent (...)

lire la suite de l'article
jeudi 9 février 2006
par Yannick Bellanger , Arno
Gynandromorphe Phyllium celebicum
Arnaud S 2002
Individu adulte de P. celebicum (début 08 02) présentant un aspect mi-mâle mi-femelle (la photo est malheureusement assez peu parlante). On distingue nettement que l’aile droite est plus courte que la gauche qu’elle recouvre partiellement. L’abdomen présente des caractères mâle et femelle, la partie droite froissée lors de la mue imaginale est nettement plus arrondie que la moitié gauche.
Au stade sub-adulte cette dissymétrie longitudinale était beaucoup mieux exprimée avec des bourgeons alaires beaucoup plus courts du côté femelle tandis que cette partie de l’abdomen était arrondie, (...)

lire la suite de l'article
jeudi 9 février 2006
par Arno
Gynandromorphe Oreophoetes peruana
Clémentine wolf 04/2001
Voir ici l’article de J.M. Aubin - LE MONDE DES PHASMES n° 27-28 (Octobre-Décembre 1994) GROUPE D’ETUDE DES PHASMES
Plusieurs semaines après sa dernière mue un mâle adulte Oreophoetes peruana a gardé une teinte très originale : rayures noir\orange avec une tache au bout de l’abdomen comme les femelles, bien que ça ne se voit pas trop sur les photos... (on pourrait croire qu’il s’agit seulement d’un jeune...). Gynandromorphe ? Il semble bien que oui ! Adulte depuis la mi mars il ne s’est à priori pas accouplé. Il est mort le 3 Juillet 2001. Il a dû vivre environ 7 mois. (...)

lire la suite de l'article
jeudi 9 février 2006
par Arno
Gynandromorphes
gynandromorphe : individu anormal qui est une mosaïque de territoires mâles et femelles.

lire la suite de l'article
jeudi 9 février 2006
par Arno
Discussion à propos du développement postembryonnaire chez les Insectes ainsi que de la taxonomie
Emmanuel Delfosse 08/1998 - 3, Rue de Montmagny 95410 Groslay (Paru dans Entomon-Lettre du GEPAI n° 5, (juin 1998) )
Il est de règle de nommer jeune ou juvénile le Phasme qui n’est pas encore arrivé au stade adulte. Vous trouverez régulièrement ce genre " d’erreur " qui consiste à nommer " larve ", le Phasme juvénile, même dans des thèses ou des ouvrages sensés être sérieux ou dans des ouvrages en langue anglaise : " nymph ". De même, il est bon de nommer " adulte ", un Phasme adulte et non " imago ". On nommera " imago " un Papillon adulte ou un Coléoptère, par exemple.
Par contre, il est certains (...)

lire la suite de l'article
jeudi 9 février 2006
par Arno
Discussion à propos de la vieillesse des Phasmes
Emmanuel Delfosse 08/1998 - 3, Rue de Montmagny 95410 Groslay (Paru dans Entomon-Lettre du GEPAI n° 5, (juin 1998) )
Il est fréquent d’observer des Phasmes avec quelques appendices en moins, notamment en ce qui concerne les individus les plus âgées et les Espèces les plus fragiles au niveau de leurs appendices [Cranidium gibbosum (Burmeister, 1838) ; Phobaeticus serratipes (Gray, 1835) ; Bacteria Latreille 1825 sp. etc...].
D’ailleurs, en vieillissant, les Phasmes deviennent bien souvent plus foncés, ont des griffes, des tarses et même des membres locomoteurs manquants, des antennes brisées ou (...)

lire la suite de l'article
jeudi 9 février 2006
Lonchodes cultratolobatus P.S.G. n°181 ou Lonchodes haematomus ?
Kim d’Hulster
Lonchodes cultratolobatus = anciennement L .hosei herbertii
Le Lonchodes haematomus est une espèce totalement différente du Lonchodes cultratolobatus , mais ils ressemblent étroitement. L.haematomus est plus grand, plus gros et les oeufs sont complètement différents. Le Lonchodes haematomus a été trouvé au début des années 80. L’espèce n’était pas facile à multiplier peu de cultures, et rapidement les cultures se sont éteintes...
Johan van Gorkom (+) et moi avons eu les dernières cultures faibles. Nous avons essayé de les maintenir mais malheureusement nous avons perdu tous les deux nos (...)

lire la suite de l'article
jeudi 9 février 2006
par Arno
Heteropteryx dilatata jaune, une espèce différente ?
(traduit de la sticklist)
Voir la fiche d’élevage d’Heteropteryx dilatata.
La forme jaune d’Heteropteryx dilatata jaune appartient bien à la même espèce. Quand on maintient des jeunes Heteropteryx dés la naissance en conditions très humides avec un régime varié il est possible d’obtenir beaucoup de femelles Heteropteryx jaunes. N.B. La forme jaune se rencontre aussi dans le milieu naturel.
Mon élevage d’Heteropteryx provient seulement de 2 couples que j’ai obtenus en 1986. Ils était normalement colorés de verts... Mais au bout de quelques années en les multipliant j’ai obtenu quelques individus (...)

lire la suite de l'article
mercredi 8 février 2006
par Arno
Un mâle Bacteria sp dans un élevage
(Anciennement Pseudobacteria sp.)
Cyril Coumes 05/2004
Je continue à conserver depuis maintenant quelques années l’espèce de phasme (Pseudo)Bacteria sp de l’Equateur....
Cette espèce n’a pas beaucoup d’intérêt par rapport à d’autres, mais je l’aime bien.......
Les spécimens que je maintiens sont de souche brune....les femelles adultes sont donc assez différentes par leur coloration de celles que vous présentez sur votre site.... Bien que les jeunes soient toujours vert clair et assez semblables à des jeunes Sypiloidea, les femelles de cette souche n’arborent plus la couleur verte classique de l’espèce, mais une teinte marron sans (...)

lire la suite de l'article
mercredi 8 février 2006
par Arno
Phyllium giganteum mâle dans un élevage
Photos de Julien Kernaonet 11/2003
Pour la petite histoire...
Concernant les conditions d’élevage : élevage dans une boite de base à température ambiante et pulvérisation matin et soir, donc rien de particulier. Il se nourrit de ronces et malheureusement il a perdu une patte depuis sans aucune raison particulière. Julien a acheté cette phyllie au mois de juillet au stade L2 (croit-il se souvenir) à un copain et ce dernier pense l’avoir acheté sans en être vraiment sûr à l’ Opie.
D’autres (...)

lire la suite de l'article
mercredi 8 février 2006
par Arno
Mue d’une Phyllie
Bruno Biron - Email : bironbruno@yahoo.fr
Voici un Extrait de La Biologie des Orthoptères (1938) Lucien Chopard Paul Lechevalier éditeur.
La croissance des phasmes semble se faire par saut brusques divisés en un certain nombre de périodes ou stades, que sépare un détachement de la cuticule appelé mue ou exuviation (Pantel). Dès le début de la période succédant a une mue, les dimensions augmentent brusquement ; la croissance était réalisée antérieurement, mais demeurait latente jusqu’à la chute de la cuticule. A la suppression de l’obstacle formé par la vieille enveloppe tégumentaire devenue trop peu (...)

lire la suite de l'article